Table ronde SFP : éthique de la recherche


Ethique de la recherche en Sciences Humaines et Sociales
des disciplines multiples, une préoccupation commune

Pourquoi cette table ronde ?
La Société Française de Psychologie et l’UFR de Psychologie et l’Université de Toulouse 2 organisèrent leur premier workshop sur l’éthique de la recherche en psychologie le 29 mars 2017. Depuis, cette date, la publication du Décret no 2017-884 du 9 mai 2017 (modifiant certaines dispositions réglementaires relatives aux recherches impliquant la personne humaine) apporte de nombreuses précisions concernant le champ des recherches impliquant la personne humaine soumises à l’avis des comités de protection des personnes. Ainsi, ce décret définit plus précisément ce qui est entendu par "Recherches impliquant la personne humaine" qui relèvent des CPPs.
Certaines des conclusions formulées à l’issue de notre workshop sont toujours d’actualité. Si de nombreuses recherches en sciences humaines sortent maintenant du cadre de la loi Jardé, elles doivent malgré tout pourvoir bénéficier d’un avis émanant d’un comité éthique. Celui-ci permet de s’assurer que les recherches se déroulent dans le respect des règles de l’art et de l’intégrité psychologique et physique des participants inclus dans ces études. Ce workshop nous a conduit à faire le constat d’un manque crucial de règles d’éthique de la recherche reconnues par notre profession. Ce travail a déjà été en partie engagé par le passé, et celui-ci a conduit à la formulation de codes.
Si des comités d’éthique dédiés aux recherches en sciences humaines (e.g., CERNIs) se développent actuellement, nous ne disposons toujours pas de règles éthiques et nationales communes aux recherches relevant des SHSs. Autrement dit, qu’entendons-nous par éthique de la recherche en SHSs ? Quelles règles reconnaissons-nous ? Comment obtenir un consentement éclairé pour des recherches nécessitant de ne pas divulguer l’ensemble des informations avant la passation de la recherche ?
Des codes d’éthique de la recherche internes à certains laboratoires ou sociétés savantes (e.g., code de la SFP) sont proposés, mais ils restent méconnus et ils ont l’inconvénient de n’avoir d’autres valeurs que d’engager les organisations qui les ont proposés. De plus, ces codes restent propres à chaque discipline dont ils sont issus.

Objectifs de la table ronde
La mise en place progressive de comités d’éthique SHSs et de leurs retours d’expérience nous montre l’importance de fédérer les différentes disciplines de sciences humaines et sociales autour d’un code d’éthique de la recherche commun afin de défendre et faire prévaloir nos spécificités.
L’objectif de notre table ronde sera non-seulement d’analyser les résultats issus de notre workshop mais aussi d’envisager des solutions concrètes : Comment pouvons-nous mieux concilier, d’une part, le respect des droits et de l’intégrité des personnes participant à nos recherches et, d’autre part, les exigences scientifiques propres à notre champ de recherche ?
Ce travail de réflexion devra nous permettre d’envisager la mise en place d’un groupe de travail pluridisciplinaire sur l’élaboration d’un code d’éthique de la recherche en SHSs. Celui-ci devra prendre en compte les spécificités de chaque discipline réalisant des travaux en SHSs et dont les recherches s’inscrivent dans le cadre des comités d’éthique SHSs.